Le forum a ouvert ses portes le 1er juillet.
Bienvenue sur Victorian Strife !
La troisième édition du London Herald est disponible ici !

Le forum a fêté ses dix mois d'existence !

Partagez | 
 

 Les groupes : choisir son camp



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Big Ben
"Amdinistration"

avatar


≡ Pamphlets : 499
≡ Arrivée à Londres : 03/01/2015



MessageSujet: Les groupes : choisir son camp   
Sam 27 Juin - 21:13



Dernière édition par Big Ben le Dim 15 Mai - 23:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Big Ben
"Amdinistration"

avatar


≡ Pamphlets : 499
≡ Arrivée à Londres : 03/01/2015



MessageSujet: Re: Les groupes : choisir son camp   
Sam 27 Juin - 21:13


header fiche
Les civils



D'un côté il y a l'Ordre des Templiers, de l'autre la Confrérie des Assassins et au milieu… les Civils. Ces personnes sont tout ce qu'il y a de plus normales, et ne se doutent même pas être au centre d'une guerre. Il y a bien une époque où ils avaient parfaitement conscience de l'existence des Templiers. Mais ils croient aujourd'hui que cet ordre ancestral n'est qu'un souvenir. Pour ce qui est des Assassins alors là c'est une autre histoire. Pour les Civils, ce n'est rien de plus qu'un mythe, une légende. Comme le Yéti ou monstre du Loch Ness. Et puis ils sont de toute façon bien trop préoccupés à tenter de s'en sortir, certains bien plus facilement que d'autres, dans cette société changeante pour faire attention à deux groupes qui n'existent que dans les livres.


Histoire



D’après Darwin, tout commence avec un singe…

Mais à quoi bon relater toute l’évolution de l’espèce humaine, puisque c’est de cela qu’il s’agit. En effet, les civils sont des humains ordinaires dans un monde qu’ils pensent connaitre et tentent de comprendre. L’histoire de l’Humanité est ponctuée de guerres, de progrès, de conflits supplémentaires et de nouvelles prouesses technologiques. Mais quand on parle ici de Civils, on veut bien entendu parler des citoyens londoniens, de l’individu lambda susceptible d’évoluer dans le contexte actuel.
La société britannique n’a cessé d’évoluer au fil des derniers siècles, tant sur un plan social que sur un plan scientifique.

Depuis la Magna Carta du 15 juin 1215 garantissant la liberté individuelle au détriment du pouvoir royal, ce qui n’est alors que l’Angleterre a entamé un long chemin vers la monarchie constitutionnelle qu’elle est aujourd’hui. La Charte institue un contrôle de l’impôt, l’habeas corpus et une série de droits féodaux qui sont le début d’une longue série à venir. Et même si elle a été revue de nombreuses fois par la suite, elle reste un texte de référence ayant entre autre influencé la Constitution des Etats-Unis d’Amérique et la Déclaration universelle des droits de l’Homme et reste un des textes fondateurs de la démocratie moderne.

En 1536, le Pays de Galles est annexé au Royaume d’Angleterre et après des siècles de cohabitation plus ou moins pacifique, l’Angleterre et l’Ecosse s’unifient via le l’Acte d’Union en 1707 pour former le Royaume de Grande Bretagne. Acte d’Union renouvelé en 1801 pour intégrer l’Irlande et créer le Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande.

Malgré sa puissance coloniale et sa flotte, la plus imposante de l’époque, le Royaume-Uni est le premier à abolir le commerce d’esclaves sur son sol et dans ses colonies avec le Slave Act, ratifié en 1807.

En pleine expansion suite à la victoire lors des Guerres Napoléoniennes et les débuts de la Révolution industrielle, la Grande Bretagne devient rapidement la première puissance mondiale du XIXème siècle. Tant sur un plan financier que du point de vue de ses contributions scientifiques, artistiques, philosophiques et littéraires.

Au cours du XIXème siècle, le Royaume-Uni continue d’être pionnier en matière de démocratie et son système parlementaire et les multiples partis politiques en lice font figure d’exemple.

Avec l’arrivée dès 1848 des premières lois en matière de droits des femmes, puis du syndicalisme en 1866, les citoyens britanniques se voient attribuer de plus en plus de droits dans cette société en pleine évolution.


Comment devient-on un civil?



.... on ne devient pas un civil, on nait citoyen de sa Majesté ou on mérite ce titre. En fait, par définition, tout le monde est un civil au commencement.

Il existe principalement deux catégories de civils, ceux qui veulent à tout prix gravir les échelons, se faire un nom en bien ou en mal, et ceux qui ne sont personne en dehors de leur quartier et qui s’en contentent très bien. Que vous choisissiez de vous faire connaitre ou non, sachez que Big Ben voit tout et sait tout. Ainsi un Civil qui effectuera des actions considérées comme bonnes ou fera des choix plus ou moins altruistes, empruntera la voie du Bon samaritain. En revanche, un Civil qui s’amuse à jouer avec la vie d’autrui ou qui participe de près ou de loin à quelque trafic que ce soit, se verra affublé du rang de Petite frappe. Enfin ceux qui ne se mêlent pas vraiment de ce qui ne les concernent pas resteront probablement des Monsieurs et Madames tout le monde toute leur vie.


Etre un civil c'est quoi ?



La plupart des gens n’aspirent qu’à une chose : vivre leur vie le plus tranquillement possible et le plus longtemps possible. Bien sûr il existe des exceptions mais de manière générale un Civil n’a pas vraiment d’autre but dans la vie que de concrétiser ses rêves et de protéger sa famille et/ou sa petite personne.

Il existe des dizaines de corps de métiers où vous pourrez exercer vos talents quels qu’ils soient. A partir de là vous avez le choix entre une vie trépidante faite d’imprévus et de surprises ou une routine plan-plan, libre à vous d’en décider. Sachez seulement que contrairement aux Templiers et aux Assassins pour qui leur profession n’est généralement qu’une couverture, pour les Civils c’est toute leur vie. C’est leur gagne-pain, leur passion, leur exutoire, voir les trois à la fois.

De plus, les Civils ont plus de temps pour fonder une famille que les autres. Ils n’ont pas non plus cette épée de Damoclès au-dessus de leur tête : et si mes ennemis s’en prenaient à eux pour m’atteindre ? Alors certes, ils sont logés à la même enseigne que tout le monde face aux épidémies, mais ils peuvent aspirer à un peu de tranquillité de ce côté là… à moins de tremper dans les affaires louches des marchés souterrains.

Parce que non, tout le monde n’est pas tout rose et, oui, il y a à Londres une économie clandestine. Trafics, jeux d’argent, complots, les Civils ne sont pas à l’abri de tout ceci, mieux encore, ils en sont les acteurs principaux.

Mais ce n’est pas parce que vous êtes un Civil que vous ne savez pas vous défendre. Et là où l’Ordre et la Confrérie se restreignent souvent à des traditions, le reste des citoyens britannique fait comme il peut, au plus pratique ou au plus efficace selon ses moyens. Ainsi il n’est pas rare de voir un bookmaker de Whitechapel manier la dague mieux qu’un Assassin ou un flic du City Center capable de coller une balle entre les yeux d’un Templier.


Les grades



  • Inconnu/e
  • Monsieur/Madame tout le monde
  • Bon samaritain et petite frappe
  • Célébrité locale et Caïd







Dernière édition par Big Ben le Dim 15 Mai - 23:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Big Ben
"Amdinistration"

avatar


≡ Pamphlets : 499
≡ Arrivée à Londres : 03/01/2015



MessageSujet: Re: Les groupes : choisir son camp   
Sam 27 Juin - 21:14


header fiche

L'ordre des Templiers




L'Ordre des Templiers, aussi connu sous le nom d’Ordre des Chevaliers du Temple, est une organisation secrète dont l’histoire remonte à plusieurs millénaires. L’Ordre a été fragmenté et a employé diverses appellations au cours de l’Histoire, mais il a la réputation d’avoir existé depuis l’aube de l’Humanité. Selon certaines sources, il fut un temps où Assassins et Templiers partageaient les mêmes idéaux, les mêmes rêves et les mêmes espoirs. Si les deux groupes avaient réellement des objectifs communs, cette époque est révolue depuis longtemps. Aussi loin que remonte l’Histoire, la Confrérie des Assassins et l’Ordre des Templiers se sont toujours livrés une guerre secrète et les deux factions n’ont cessé de rivaliser pour imposer leurs visions antithétiques de l’avenir de l’Humanité. Même si les méthodes qu’ils emploient peuvent parfois sembler sévères, les membres de l’Ordre des Templiers pensent réellement œuvrer pour le bien de l’Humanité. Contrairement aux Assassins, qui se considèrent comme les premiers défenseurs de la liberté des peuples, les Templiers sont convaincus que c’est grâce à une ingénieuse manipulation des masses que l’humanité atteindra le maximum de son potentiel.


Histoire



L’origine de l’Ordre des Templiers est tombée dans l’oubli depuis bien longtemps. Mais malgré ses origines mystérieuses, l’Ordre a toujours existé sous une forme ou une autre depuis des millénaires.

Dès le IIIe siècle av. J.-C., l’Ordre s’était déjà étendu jusqu'aux confins du monde connu. En Europe de l’Ouest, l’Ordre fut particulièrement actif durant l’ère romaine. Du IIIe siècle jusqu’à sa chute, les Templiers tentèrent par tous les moyens d’unir les territoires de l’Empire romain d’Occident. Mais les guerriers Alamans, Ostrogoths, Huns et autres barbares mirent leurs plans en échec en annexant bon nombre des territoires du monde romain.

Les Templiers continuèrent pourtant d’exercer une influence dans d’autres parties du monde, comme à Constantinople et dans l’Empire romain d’Orient. Mais les informations sur leurs agissements au cours de cette époque sont encore bien trop rares à ce jour.

Au XIIème siècle, sous l’ère du Grand Maître Hugues de Payns, la règle de l'Ordre du Temple fut rédigée, l’Ordre gagna le soutien de l’Église et s’assura d’être reconnu et de conforter son pouvoir notamment lors du concile de Troyes, en 1129. Pour la première fois de sa longue histoire, l’Ordre des Templiers était rendu public, mais sa volonté d’élever l’Humanité par le progrès technique et scientifique demeura secrète. Les Templiers connurent un véritable âge d’or et leur influence s’étendit partout, aux rois, aux papes, comme aux hommes de science.

Mais cette période faste fut brutalement interrompue. Vers la fin du XIIIe siècle, l’Ordre avait été considérablement affaiblit par la Confrérie des Assassins et ses alliés. Servant sans le savoir la cause des Assassins, le roi Philippe IV de France conspira contre les Templiers et s’assura que l’Église les condamne pour hérésie. Dès lors, Jacques de Molay, le dernier Grand Maître officiel de l’Ordre des Templiers, comprit que l’organisation ne pourrait survivre qu’en étant officiellement démantelée. Persuadé que la pérennité de l’Ordre prévalait sur la vie d’un seul homme, il consentit au sacrifice ultime. Ainsi en se laissant conduire au bûcher, le Grand Maître réussit non seulement à sauver la vie de ses frères Templiers et de leurs alliés, mais aussi à convaincre leurs ennemis que l’Ordre allait périr avec lui.

Peu de temps avant sa mort, Jacques de Molay avait choisi neuf de ses hommes de confiance et les avait envoyé parcourir le monde pour diffuser le savoir des anciens. Depuis ce jour, les Templiers continuent d’influencer l’Humanité dans l’ombre des personnages historiques les plus puissants. Grâce à ces derniers, les chevaliers de l’Ordre du Temple purent poursuivre leur quête ancestrale : aider l’Humanité à atteindre le summum de ses capacités grâce aux progrès techniques et scientifiques.

Mais les nobles ambitions de leurs prédécesseurs n’empêchèrent pas les Templiers d’Europe de sombrer au cours de la Renaissance. Agissant en marge de la société, les dirigeants de l’Ordre, se laissèrent dominer par l’ambition et l’avidité de leur chef et délaissèrent leur véritable objectif. Cette période fut plus tard surnommée l’âge des ténèbres des Templiers, mais la puissance de l’Ordre demeura intacte dans d’autres régions du monde.

Malgré les erreurs de la Renaissance européenne, les Templiers poursuivirent leur quête insatiable de savoir. Dissimulés dans l’ombre des grandes personnalités politiques, religieuses, culturelles et scientifiques de la société, de nombreux Templiers employèrent toutes leurs ressources à devenir les pionniers de la recherche scientifique.

L’influence des Templiers continua à se faire sentir tout au long du Siècle des Lumières. Les travaux d’intellectuels tels que Spinoza, Locke, Newton et Bacon permirent l’émergence d’un nouveau modèle de société, où la science et la technologie se développeraient en totale liberté.

Les Templiers adoptèrent ces idées, accélérèrent leur diffusion et ouvrirent la voie à la Révolution Industrielle. Le progrès était constamment encouragé et alimenté, mais il demeurait toujours sous le contrôle exclusif de l’Ordre.


Comment devient-on un templier ?



Tout d'abord il faut savoir que l'on ne rentre pas dans l'Ordre comme dans un moulin. Il faut pour cela, soit être né dedans, comprendre avoir un parent déjà Templier qui décide de vous y faire entrer, ou bien qu'un membre influent s'intéresse à vous. Sachez cependant que vous n'entendrez pas tout de suite parler de l'Ordre, ni même de la Confrérie.

Une fois que vous serez devenu un Affilié, votre mentor vous confiera une série de mission afin de tester réellement votre potentiel. La plupart du temps il s'agira de récolter des informations, l'Ordre appréciant avoir un moyen de pression sur ses potentiels adversaires. Puis, si vous avez fait vos preuves, vous deviendrez un Novice. Cette fois vous ne serez ni plus ni moins que l'assistant de votre mentor. A partir de là, il vous sera très difficile voir impossible de faire demi tour. Comprenez bien que vous commencez à connaître certains secrets et que l'Ordre ne peut pas se permettre de vous laisser filer comme ça. Puis quand vous serez jugé digne, vous serez convié au Holly Cross Club où votre cérémonie d'intronisation aura lieu. Le Maître du rite en personne vous nommera Templier et vous confira une chevalière marquée de la croix de Malte.  


Etre un templier c'est quoi ?



Les Templiers sont avant toute chose des hommes de sciences, des politiciens et des philosophes. Bien qu'ils n'hésitent pas à user de la force, de l'intimidation et du meurtre, l’Ordre favorise davantage des méthodes plus discrètes comme la manipulation ou l’organisation de complots. Le contrôle des peuples est, selon eux, indispensable à leur épanouissement.

La plupart des membres de l'Ordre sont d'origines nobles ou bourgeoises et pour cause, ce sont des personnes cultivées et intelligentes qui font de leurs connaissances une arme aussi mortelle qu'un fusil. Cependant il ne faut pas croire qu'il n'y a pas de roturiers dans leurs rangs. Même les Templiers ont besoin de petites mains pour faire certains boulots. Un Lord aura en effet bien plus de mal à infiltrer une usine ou un quartier pauvre qu'un ouvrier. Et puis nul besoin d'avoir le sang bleu pour croire en l'idéal de l'Ordre. Il y a également une milice au service de l'Ordre et cette dernière est principalement composée de gens du peuple, bien que ces derniers ne savent pas pour qui ils travaillent.  

Contrairement aux Assassins, les Templiers ne possèdent pas de Lame Secrète, exception faite des rares d'entre eux à avoir appartenu à la Confrérie par le passé. De manière générale, ils n'ont pas d'arme de prédilection, même s'ils utilisaient traditionnellement l'épée, étant de fervents défenseurs du progrès, les Templiers ont su s'adapter et profiter de tout ce qui s'offrait à eux.

Le Credo... les Templiers n'en ont pas. Mais l'Ordre n'est pas dénué de règles, au contraire. Le respect de la hiérarchie est très important pour ses membres et toute insubordination est sévèrement punie. Il en va de même pour la loyauté, vertu indispensable. De plus, on ne quitte pas l'Ordre, pas à moins d'avoir de sérieux alliés dans l'autre camp prêts à vous protéger, car si vous tournez le dos aux Templiers et trahissez votre serment, il vous faudra en payer le prix. Pour les Templiers, l'élévation de l'Humanité passe par la discipline et l'ordre, et tout commence par l'exemple en application dans leurs rangs.  



Les grades



  • Affilié
  • Recrue
  • Templier
  • Maître du Rite





Dernière édition par Big Ben le Dim 15 Mai - 23:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Big Ben
"Amdinistration"

avatar


≡ Pamphlets : 499
≡ Arrivée à Londres : 03/01/2015



MessageSujet: Re: Les groupes : choisir son camp   
Sam 27 Juin - 21:14


header fiche

La confrérie des Assassins



La Confrérie des Assassins, également appelée Liberalis Circulum (Cercle des Hommes Libres) à l'époque de l'Empire romain, ou Hashashashins au Moyen Âge, est une organisation secrète mondiale composée d'assassins ennemis jurés des Templiers, contre lesquels ils mènent dans l'ombre une guerre éternelle, des origines de l'humanité à nos jours. Alors que les Templiers cherchent à sauver l'humanité en contrôlant son libre arbitre, la Confrérie des Assassins lutte pour la survie de la liberté, qui favorise la propagation de nouvelles idées et le développement de chaque individu. Les Assassins, sinon la Confrérie elle-même, existent depuis au moins 456 avant J.-C. et ont traversé les siècles, en agissant durant l'Empire romain, le Moyen Âge, la Renaissance, jusqu'à la Révolution industrielle.


Histoire


L’histoire de la Confrérie des Assassins traite de rébellion contre la tyrannie et de préservation de la liberté humaine. Les Assassins existent probablement depuis l’aube de l’humanité et mènent une guerre clandestine contre l’Ordre des Templiers. Leur capacité d’adaptation et leur discrétion leur ont permis de survivre au fil des siècles, et si leurs méthodes ont évolué avec le temps, leur idéologie a toujours été consacrée à la préservation du libre arbitre.

Il n’existe que très peu d’informations sur les activités des Assassins durant l’Antiquité. Même si les activités de certains Assassins au IIIe siècle, correspondent aux attaques que subit l’Empire Romain d’Occident par les hordes du nord de l’Europe.

C’est au Moyen Âge que les Assassins apparurent pour la première fois comme une faction organisée et clairement identifiable. Ils prirent le nom de Nizârites ou Heyssessini, puis plus tard ce nom fut italianisé en Assassini, soit Assassins, leur nom actuel. Lors de la troisième croisade, la Confrérie acquit une grande renommée dans tout l’Orient. Les opérations étaient organisées depuis leur base de Masyaf, une ville fortifiée qui devint la pierre angulaire de la Confrérie : les Assassins y étaient élevés, entraînés et instruits selon les principes fondamentaux de la Confrérie.

À la fin du XIIe siècle, les Assassins disposaient d’un immense réseau d’informateurs dans plusieurs villes d’Orient comme Jérusalem, Acre et Damas. Malgré ses ressources, la Confrérie resta politiquement neutre. Elle organisait les assassinats de personnalités qu’elle jugeait dangereuses pour la liberté des peuples, dans le seul but de préserver la paix et sans tenir compte des allégeances politiques. Pour les Assassins, la vie des Sarrasins et des Chrétiens avaient la même valeur.

À la fin du XIIe siècle, les Templiers commencèrent à retomber dans l’oubli et la Confrérie connut un sort similaire. Les Assassins furent contraints de s’adapter. Ils désertèrent leur forteresse et abandonnèrent certains rituels, comme l’interdiction d’utiliser du Poison et l’amputation de l’annulaire gauche.

Au début du XVe siècle, le centre des activités des Assassins s’était déplacé de l’Orient vers l’Italie, principalement. La Renaissance débutait à Florence et l’agitation de l’époque offrit une toile de fond propice à une recrudescence des conflits entre Assassins et Templiers, notamment lorsque ces derniers tentèrent de prendre le contrôle des cités-Etats d’Italie. Les Assassins de Rome s’adaptèrent à cette situation inédite et adoptèrent de nouvelles stratégies. Leurs méthodes commencèrent à évoluer, ils rallièrent le peuple à leur cause et entreprirent de libérer la ville quartier par quartier.

Le XVIe siècle marqua la renaissance de la Confrérie, devenue bien plus importante, plus puissante et adepte de nouvelles stratégies.

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, dans ce qui allait devenir les États-Unis d'Amérique, les Assassins, jouèrent un rôle sur les champs de bataille pour l'Indépendance, entre New York et Boston..

Aujourd’hui, la Confrérie garde un œil sur l’essor de l’industrie. En effet, si les nouvelles technologies peuvent servir l’Homme de bien des façons, ils ont pris conscience que tombées entre de mauvaises mains, elles auraient un impact dévastateur.


Comment devient-on un assassin ?



En ayant un parent ou les deux déjà au sein de la Confrérie, il y a de fortes chances pour que ses préceptes vous soient transmis et que vous deveniez un assassin à votre tour.  Vous pouvez également être recruté plus tard, un grand nombre des membres de la Confrérie l’ayant rejoint par principe, pour lutter contre la corruption ou pour assouvir une vengeance envers l’Ordre.  

Quelle que soit la façon dont vous rejoignez la Confrérie, vous ne serez pas tout de suite reconnu par vos pairs comme un Assassin confirmé, non pas qu’il vous soit demandé de faire vos preuves à proprement parler, mais chacun a un rôle bien précis à jouer. Tout d’abord, les Affiliés. Ce sont les yeux et les oreilles de la Confrérie, un Assassin doit être capable d’analyser le monde qui l’entoure et cette étape est primordiale dans son apprentissage. Ensuite viennent les Recrues. Elles mènent des enquêtes plus poussées et  participent notamment aux missions de sabotage. Lorsque la Recrue a fait ses preuves, elle se voit confier son premier assassinat, si le contrat est mené à terme sans encombre, la Recrue est promue au rang d’Assassin. Il y a bien longtemps que la cérémonie qui va avec n’inclus plus l’amputation de l’annulaire gauche, mais une marque au fer rouge est apposée à la base du doigt une fois que le nouvel Assassin a prêté allégeance au Credo.


Etre un assassin c'est quoi ?



"Rien n'est vrai, tout est permis"


La Confrérie croit en un solide ensemble de valeurs régissant leur mode de vie nommé "le Credo". Ce Credo est constitué de trois préceptes.

1. "Ta lame ne versera pas le sang d'un innocent."
2. "Montre-toi, mais reste invisible."
3. "Jamais tu ne mettras la Fraternité en danger.


Ces préceptes se retrouvent en chaque aspect de la vie des Assassins, ainsi que dans leur combat pour "la paix avant tout". Les Assassins accomplissent leur devoir par le biais d'assassinats politiques et stratégiques, dans l'espoir que la mort d'un homme sauve la vie d'un millier. De plus, ils pensent agir pour le compte de ceux n'ayant pas la force, les ressources ou le savoir nécessaire pour se lever contre leurs ceux qui abusent de leur pouvoir.

"Ce qui suit est une énumération des grands paradoxes de l'ordre des Assassins: Nous aspirons à la paix, mais nous tentons d'y parvenir par le crime. Nous aspirons à libérer l'esprit des hommes, mais nous obéissons nous-mêmes à un maître et nous nous soumettons à un ensemble de règles. Nous aspirons à dénoncer les dangers d'une foi aveugle, mais nous suivons nos propres préceptes les yeux fermés."


Malgré leurs bienveillantes intentions, la Confrérie est sujette à quelques méprises, et toute croyance mal perçue peut aisément les faire basculer dans la corruption. Nombre d'Assassins ont conscience de l'ironie de leur œuvre.
Cette contradiction a donné lieux à des différents au sein de la Confrérie au cours des siècles et même encore aujourd’hui.

Les Assassins prennent pour cible les individus qu'ils considèrent comme étant un danger pour l'humanité. Le meurtre a beau être leur méthode première, la Confrérie respecte ses victimes dans la mort, et exige que ses membres leur offrent leurs derniers sacrements dès que possible.
Toutefois, l'Ordre suscite également un éventail de démarches secrètes, comme l'espionnage, le vol, la réorientation des fonds, le soutien à un certain groupe, ou le sabotage. Bien que la plupart de ses actions soient tenues à l'écart du public, la Confrérie opte, à de rares occasions, pour le conflit ouvert ou le contrôle de territoires.

D’une manière générale, les Assassins se concentrent exclusivement à la traque des Templiers, et préfèrent épargner leurs ennemis indirects.

Une autre conséquence, bien plus grave, est le sacrifice de civils au service de la liberté. Les Assassins, afin d'infiltrer un certain lieu, pouvaient tirer profit de l'agitation d'une foule, entraînant de grandes perturbations et d'importants dégâts environnants.

Tous les Assassins ne sont pas entraînés dès la naissance, et doivent alors subir un apprentissage approfondi et intensif de la part de leurs aînés. Ils ne possèdent aucun style de combat particulier, exception faite de l'utilisation de la Lame secrète. L'entraînement au combat, indispensable, se concentre essentiellement sur l'arme blanche bien qu’au travers des âges, la Confrérie eut une multitude d'armes à sa disposition. Poison, pistolet caché ou non, arbalète, fléchettes empoisonnées, bombes fumigènes, et une éventuelle seconde lame secrète, parmi d'autres armes blanches plus conventionnelles comme les épées et les couteaux. Cependant, l'entraînement des Assassins se consacre fondamentalement à la discrétion, car la furtivité reste leur arme la plus redoutable. Il est vital pour un Assassin d'atteindre sa cible sans attirer l'attention et de se mêler à la foule une fois l'acte accompli.


Les grades



  • Affilié
  • Recrue
  • Assassin
  • Maître Assassin





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Big Ben
"Amdinistration"

avatar


≡ Pamphlets : 499
≡ Arrivée à Londres : 03/01/2015



MessageSujet: Re: Les groupes : choisir son camp   
Dim 15 Mai - 23:33


header fiche

Les Vigiles



Si l’Ordre des Templiers et la Confrérie des Assassins perdurent depuis des siècles et ont marqués l’histoire par leurs actions, les Vigiles sont encore loin d’une telle notoriété. Pourtant ce groupe prend peu à peu de l’ampleur en Europe comme leur lutte contre la mécanisation se fait plus acharnée d’années en années. On trouve des gens de toutes confessions et de toutes origines parmi les Vigiles, et pour cause, qu’ils agissent au nom de la religion, pour des raisons pécuniaire, par peur de l’avenir ou simplement au nom de la morale, tous sont unis par un seul mot d’ordre : l’homme ne doit pas se prendre pour Dieu ou il finira par causer sa propre perte.


Histoire



Toute découverte, tout progrès, a forcément ses détracteurs. Ceux qui jalousent l’idée qu’ils n’ont pas su avoir ou le talent de leurs confrères, ceux qui crient haut et fort que « c’était mieux avant », ceux qui prétendent savoir d’avance que les choses vont aller de mal en pis… Il y a toujours des mécontents, quel que soit l’apport de cette innovation à la société. Darwin en a fait les frais, il n’était pas le premier et ne sera pas le dernier, l’histoire regorge de cas similaires ou pire. Pensez à l’inquisition. Mais avec l’arrivée récente de ces automates et la promesse des prothèses et autres augmentations corporelles faites par la Gear Compagnie et d’autres entreprises européenne, les choses sont loin de se calmer. Imaginez un peu les bouleversements engendrés par de telles créations.

Pour bien comprendre l’histoire des Vigiles, il faut remonter en 1883 avec l’arrivée des premiers automates fonctionnels à Londres et leur mise en place dans certains commerces et services. Si presque aussitôt des voix commencent à s’élever pour le retrait de ces aberrations mécaniques, elles sont loin d’être prises en compte par le gouvernement qui renforce au contraire le programme d’équipement de la ville.

C’est dans l’ombre que va s’organiser un mouvement défendant la suprématie de l’Homme sur la machine, sous la coupe de Greig Russell, pasteur écossais. Pour lui, l’Homme doit défendre sa place face à cette menace. Il rassemble un petit groupe de dévoués à sa causes partageant cette optique extrémiste et ensemble, ils organisent la destruction de nombreux convois en partance d’une usine annexe de la Gear Compagnie non loin de Glasgow  entre janvier et juillet 1884. Aucun mort ou blessé grave n’est à déplorer lors de ces attaques, le pasteur s’efforçant toujours de modérer ses troupes. D’autre actions sont plus tard engagées par le groupe mais auront bien moins d’impact. Si les enjeux sont plus importants que jamais, la motivation et  la foi des Vigiles décroit de jour en jour. Début 1886, les rares personnes à avoir prêté attention à eux les ont déjà oubliés.

En mars 1886, le pasteur Russell croise la route d’un cirque ambulant, le Wanderlust Circus. S’il décide dans un premier temps de faire du salut de ces âmes sa priorité, bien vite il se rend compte que parmi ces ouailles se trouvent un grand nombre de recrues potentielles pour ce qu’il reste des Vigiles. Notamment le jeune Dougal, ancien gamin des rues de Londres, enfant prodige de la piste et Mr Loyal émérite. Ensemble, ils vont remettre l’organisation sur pied et mettre en place le retour des Vigiles sur le devant de la scène. Londres sera leur première cible, puis viendra le reste de l’Europe.


Comment devient-on un Vigile?



Pour entrer chez les Vigiles il faut y être invité. Seul un membre actif peut vous présenter à un recruteur. C'est ce dernier qui choisira si vous être digne de devenir un membre à part entière ou pas. Il n'y a pas de condition d'âge, de sexe, de classe sociale ou de fortune. C'est uniquement votre haine pour les automates et votre détermination qui pourra faire pencher la balance. Il faut savoir aussi que vous pouvez travailler avec les Vigiles sans en faire officiellement partie.

Il n'y a pas de cérémonie particulière, ni de signe distinctif. Tout se fait dans la discrétion. Sachez que si vous vous faites remarquer par vos propos pro-humanité ou que vous avez un beau casier judiciaire pour tentative de destruction d'automates publiques, il y a fort à parier que les Vigiles sauront vous trouver.




Etre un Vigile c'est quoi ?



Être un Vigile c'est lutter contre la suprématie des automates. Mais faire partie de ce groupe signifie aussi obéir à une hiérarchie stricte. Tout le monde sait que le pasteur Greig Russell est celui qui à créer le mouvement. Seulement gare à celui ou celle qui tenterait de le dénoncer. Les répercutions seraient terrible. Son bras-droit est Dougal, le Monsieur Loyal du Wanderlust Circus. Ils sont les deux chefs de file.

Mais être un Vigile c'est aussi être prêt à risquer sa vie pour la cause. Il faut être prêt à participer aux actions coup de poing, aux attentats, aux sabotages. Il faut se donner corps et âme pour l'Humanité.



Les grades




  • Inconnu/e
  • Vigile
  • Recruteur/euse
  • Leader





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
""






MessageSujet: Re: Les groupes : choisir son camp   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les groupes : choisir son camp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Choisir son camp [Pv Hathor]
» GROUPES ❥ quel camp choisirez-vous ?
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» Decors : Aide de Camp ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Victorian Strife :: Le codex :: La bibliothèque municipale-